Inhotim, crépuscule d’une utopie

Chronique par Luc Clément

Sommaire

Visiter le parc d’Inhotim dans la province brésilienne du Minas Gerais, c’est se confronter à une double contrainte. D’un côté, fuir le syndrome du parc d’attraction commercial dans lequel des œuvres d’art remplacent des animations pseudo culturelles. D’un autre, se laisser aller à la flânerie dans un lieu auréolé d’une réputation déjà légendaire. Si notre méfiance naturelle aurait dû nous conduire vers la première piste, l’exceptionnelle qualité du site l’a finalement emporté. Certes, on n’échappe pas aux contraintes de l’exercice du parcours touristique, avec ses chemins balisés à outrance, ses voiturettes de service, sa signalétique comminatoire, ses files d’attente interminables. Pourtant, Inothim se distingue singulièrement des traditionnels artefacts du genre, laissant transparaître l’influence du travail de l’architecte paysagiste Roberto Burle Marx, qui instaure élégance et fluidité.

Sur 1 000 hectares dont 100 ouverts au public, les jardins, aménagés sans rupture et en constante évolution, abritent quelque 1 600 espèces différentes de plantes, pour la plupart très rares. Sans compter, une très grand variété d’animaux que l’on perçoit ou entend et qui vaut au parc d’être considéré comme l’une des plus grandes réserves végétales du monde. Seize pavillons s’égrènent tout au long du parcours, chacun possédant une architecture propre, conçu en relation avec une œuvre pensée et produite in situ. Impossible de tout nommer mais adressons une mention spéciale à l’œuvre de l’artiste américain Doug Aitken, qui donne à entendre le bruit de la terre dans un bâtiment en forme de demi-sphère. C’est assez New Age mais réellement captivant.

Bien sûr, on ne peut s’empêcher de penser que le fondateur du parc, Bernardo Paz – un industriel lié à l’exploitation de minerais – aurait pu dépenser sa fortune dans des projets plus sociaux ou pourquoi pas chercher à se dédouaner des milliers d’hectares que son entreprise a dû dévaster ici ou là. Mais là où la plupart des riches industriels dépensent sans compter dans des projets ostentatoires, des collections d’œuvres d’art surcôtées, stockées dans les réserves de fondations aseptisées, cet homme a créé une utopie peut-être sans égale. La crise qui frappe le Brésil aidant, on peut percevoir dans le manque d’entretien de certains pavillons le lent amenuisement de sa fortune. Faute de savoir comment un état en pleine récession économique peut entretenir ou développer un projet d’une telle envergure, on se prend à imaginer que toute cette beauté finira à brève échéance en un champ de ruines, vestiges d’une vieille croyance romantique de fusion entre l’homme, l’art et la nature.

Image de couverture : Inhotim
Envie de réagir ?

Lire aussi...

Parcourez nos éditions

Jean Dupuy par Renaud Monfourny pour la galerie Loevenbruck
04
04

Hommage à Jean Dupuy

Découvrir l’édition
Beaucoup plus de moins
03
03

Beaucoup plus de moins

Découvrir l’édition
Encyclopédie des guerres
02
02

L’Encyclopédie des guerres (Aluminium-Tigre)

Découvrir l’édition
O. Loys, bal des Incohérents
001
001

Décembre 2021

Découvrir l’édition
Younes Baba Ali, art et activisme en Belgique
01
01

Art et engagement Enquête en Belgique

Découvrir l’édition

Parcourir nos collections