Les artistes refont le monde
L'auteur

L'auteur : Julien Bécourt

Biographie

Julien Bécourt est critique d’art et journaliste. Après un cursus en arts plastiques, il bascule vers la critique et cherche à tisser des liens entre art contemporain, expanded cinema et culture DIY. Il a conduit de longs entretiens avec des figures majeures ou émergentes de l’art, de la musique post-punk et du cinéma dans des revues aussi diverses que Mouvement, Vice, New Noise, artpress ou Grazia. Anciennement DJ sous le pseudonyme Eva Revox, il se dirige aujourd’hui vers l’écriture cinématographique, tout en poursuivant ses investigations dans le monde de l’art. Il anime l’émission mensuelle Entente Cordiale sur LYL Radio.

Contributions
Voir tous les auteurs +
Thesaurus

Thesaurus :

Théorisé par le bureau de tendances K-Hole, Normcore, contraction des mots anglais « normal » et « hardcore », désigne une attitude, un mode de vie et un rapport au monde caractérisé par une volonté de trouver une libération dans l’indistinction. Plus largement repris comme un style vestimentaire qui emprunte au minimalisme des années 1990, la tendance normcore est un look uniforme et faussement basique, largement unisexe, qui utilise les codes et les symboles de la culture mainstream.

Dans la culture populaire, Nerdy, de par sa traduction, caractérise quelque chose de ringard. Le terme nerd, apparu à la fin des années 1950, désigne les personnalités asociales, solitaires, obsessionnelles et passionnées par des sujets intellectuels abscons et peu attractifs.

Apparu dans les années 1960, mais dont les origines remontent aux ready-made de Marcel Duchamp au début du XXe siècle, l’art conceptuel se définit, non pas par ses propriétés esthétiques et formelles, mais par le concept ou l’idée de l’art qu’elle sous-tend. Il remet en cause la valeur marchande et institutionnelle (dont le marché semblait dominer l’art et dicter sa production), en abandonnant la beauté, comme moyen d’évaluer une œuvre, et son existence physique, en tant qu’objet finis. Ainsi, Sol LeWitt déclare, dans son texte de 1969 Paragraphes sur l’art conceptuel, « L’idée devient une machine qui fait l’art ».

Sol LeWitt

L’adjectif cisgenre est un néologisme désignant un type d’identité de genre où le genre ressenti d’une personne correspond au sexe assigné à sa naissance. Le mot est construit par opposition à celui de transgenre. Il existe un certain nombre de dérivés de ces termes, notamment homme cis pour une personne de sexe masculin se considérant comme tel, femme cis pour une personne de sexe féminin se considérant comme telle, et cissexisme qui peut être un synonyme de transphobie. Le sociologue et militant des droits des personnes trans Alexandre Baril écrit : « Le cisgenrisme est un système d’oppression qui touche les personnes trans, parfois nommé transphobie. Il se manifeste sur le plan juridique, politique, économique, social, médical et normatif. Dans ce dernier cas, il s’agit de cisgenrenormativité. Je préfère la notion de cisgenrisme à celle de transphobie, car elle s’éloigne des origines pathologiques et individuelles de la « phobie » ».

Gender fluid est l’identité de genre des personnes qui ne se reconnaissent pas dans la conception traditionnelle binaire du genre (masculin-féminin) et se refusent à son assignation exclusive, permettant à elle/il/iel/ielIe de se sentir parfois plutôt un homme parfois plutôt une femme, parfois androgyne ou gynandre (désigne une femme portant des caractéristiques de genre masculines), parfois neutre, etc, dans une dynamique de fluidité et de variations de possibilités.

Le blackface est une forme théâtrale caricaturale, stéréotypée et raciste de grimage, pratiquée par les blancs au sein des Minstrel show, puis dans le vaudeville, à partir de la fin des années 1820 aux États-Unis, et qui prend racine dans la tradition esclavagiste. Ces spectacles mettent en scène des blancs, qui se noircissent le visage, et interprètent des noirs en moquant leurs allures, les faisant passer pour ignorants, superstitieux et stupides. Ces pratiques, notamment celle du blackface, sera popularisée par le comédien blanc Thomas D. Rice, dont le nom sera donné aux lois qui ont codifié la ré-institutionnalisation de la ségrégation raciale à partir de 1877. Ces expressions connaîtront un important succès populaire jusqu’à la fin du XIXe siècle aux États-Unis, et disparaîtront à partir des années 1960 à la suite du mouvement afro-américain des droits civiques.

Sous-genre cinématographique du film d’horreur, le Slasher, aussi appelé slasher-movie, vient du verbe anglais to slash, qui signifie « couper, taillader, déchirer, frapper ». Terme apparu dans les années 1970, il met systématiquement en scène les meurtres d’un tueur psychopathe, parfois défiguré ou masqué, qui élimine méthodiquement les membres d’un groupe de jeunes ou d’autres personnes, souvent à l’arme blanche, et désigne de nombreuses productions qui datent du début des années 1960, parmi lesquelles Psychose d’Alfred Hitchcock.

Camp est l’expression d’une manière d’être, l’affirmation d’une sensibilité gay, qui passe par un ensemble de symboles d’appartenance, de références (cinématographiques, musicales) à l’histoire queer, et surtout employé à partir des années 1960. Elle déjoue les codes de la culture hétérosexuelle, normative, virile, de domination, par le biais de l’humour, de l’emphase et de l’excès, en parodiant les artifices et la dimension performative des rôles sociaux.

Faceapp est une application de détection faciale, notamment rendue célèbre par son filtre de vieillissement, mais qui présente également des effets pour se rajeunir, se maquiller, ou changer certains de ses attributs physiques, comme la barbe ou les lunettes.

Facetune est une application qui permet notamment, grâce à des filtres de détection faciale, de corriger et d’améliorer les visages. Elle s’inspire des professionnels qui photoshopent les top-modèles.

YouCamMakeUp est une application qui permet notamment, grâce à des filtres de détection faciale, de prendre des selfies en créant des effets de maquillage, de changer de couleur de cheveux, et donne des apparences lissées aux visages (dents plus blanches, peaux plus lisses).

Perfect365 est également une application de maquillage virtuel.

Apparu dans les années 1860 en Angleterre, dans le contexte de l’époque victorienne (marquée par l’apogée de la révolution industrielle et par des grands bouleversements, scientifiques, techniques et sociétaux), Arts and Crafts est un mouvement artistique réformateur dans les domaines de l’architecture, des arts décoratifs, de la peinture et de la sculpture. Soucieux des avancées technologiques qui modifient alors en profondeur la société britannique, des intellectuels et des artistes, comme William Morris, fabricant de meubles et d’objets d’art, décident d’y opposer la dimension d’artisanat. Ils réhabilitent le travail fait main et les techniques traditionnelles, forment des artisans à la tapisserie, la broderie, …, quittent les villes pour s’installer à la campagne, où ils créent des objets usuels (idée fondatrice du design), faits de matériaux naturels et mettant en avant la simplicité en opposition aux décors surchargés de la bourgeoisie victorienne. Dans leurs œuvres surgissent les végétaux et les animaux, symboles de la nature, mais plus ou moins stylisés.

William Morris

Uncanny valley est une théorie scientifique du roboticien japonais Masahiro Mori, inspirée par L’inquiétante étrangeté de Sigmund Freud, et publiée pour la première fois en 1970, selon laquelle « plus un robot androïde est similaire à un être humain, plus ses imperfections nous paraissent monstrueuses. Ainsi, beaucoup d’observateurs seront plus mal à l’aise en face d’un robot clairement artificiel que devant un robot doté d’une peau, de vêtements et d’un visage visant à le faire passer pour humain ».

Uncanny valley – Masahiro Mori

Sigmund Freud – L’inquiétante étrangeté – 1919

Présent dans le folklore, la mythologie nordique et germanique, et popularisé dans des fictions comme celles des frères Grimm, Döppelganger est un mot provenant de l’allemand, et signifiant sosie ou double d’une personne vivante. Présence maléfique, son apparition est synonyme de mauvais présage, annonçant des malheurs ou la mort de l’individu croisant son double.

Les frères Grimm

Autour du texte
Investigation par Julien Bécourt
19 novembre 2020

Cindy Sherman, être un.e autre

Investigation par Julien Bécourt

Prodige de la métamorphose et de la démultiplication de soi, Cindy Sherman traverse les générations et nourrit une réflexion plus actuelle que jamais sur la déconstruction de l’identité. En quatre décennies où elle s’est réapproprié tous les stéréotypes de la pop culture pour nourrir un travail critique sur le monde contemporain, elle n’a cessé d’explorer les ressources de l’image photographique, depuis ses premiers autoportraits argentiques jusqu’aux filtres Instagram les plus improbables.

Lire aussi...