Clara Schulmann, Les voix insoumises

Entretien par Julien Bécourt
Sommaire

De quel endroit parle-t-on ? Où s’arrête la parole privée et où commence la parole publique ? Quel pouvoir de dissidence peuvent exercer les voix féminines ? Quelles répercussions ont-elles sur nos vies ? Par quels affects sont-elles traversées ? Dans Zizanies, son dernier ouvrage, la critique d’art Clara Schulmann poursuit une subtile investigation sur le pouvoir des voix, mêlant de manière fragmentaire théorie féministe, histoire du cinéma, considérations personnelles et journal intime. Loin du militantisme à gros sabots, il s’y dessine en filigrane une histoire de la parole comme voie possible de l’émancipation féminine, si cruciale aujourd’hui. Car derrière cette polyphonie de voix – émanant aussi bien des podcasts, de l’art contemporain, des séries télévisées, de l’industrie cinématographique ou de la vie quotidienne – se profile une voie collective, affranchie pour de bon de l’autorité patriarcale. Un fructueux échange est né de ce constat.