Kurde, artiste et vétéran

Chronique par Zoé Cosson

Sommaire

Pour la première fois en 2019, à la Biennale de Venise, le pavillon irakien qui réunissait jusqu’alors différentes pratiques et générations d’artistes, a choisi pour unique représentant l’artiste kurde Serwan Baran. L’exposition Fatherland proposait ainsi deux œuvres viscérales, hantées par les guerres qui ravagent l’Irak depuis 47 ans. L’artiste, à la manière d’un Otto Dix contemporain, et loin de l’imagerie de guerre diffusée par les médias, illustre ces désastres selon son propre point de vue, c’est-à-dire en tant qu’ancien soldat.

Lire aussi...

Parcourez nos éditions

Jean Dupuy par Renaud Monfourny pour la galerie Loevenbruck
04
04

Hommage à Jean Dupuy

Découvrir l’édition
Beaucoup plus de moins
03
03

Beaucoup plus de moins

Découvrir l’édition
Encyclopédie des guerres
02
02

L’Encyclopédie des guerres (Aluminium-Tigre)

Découvrir l’édition
O. Loys, bal des Incohérents
001
001

Décembre 2021

Découvrir l’édition
Younes Baba Ali, art et activisme en Belgique
01
01

Art et engagement Enquête en Belgique

Découvrir l’édition

Parcourir nos collections