Gustav Metzger
Agir ou périr

Investigation par Hélène Guenin

Sommaire

Hanté par la destruction de masse et l’organisation industrielle de la mort dont la Seconde Guerre mondiale a été le théâtre, mais aussi par la tension de la guerre froide et les débuts de la course à l’armement nucléaire Gustav Metzger rédige en 1959 un premier manifeste pour un art « autodestructif ». Si l’artiste engage alors une réflexion et une expérimentation radicale sur l’obsolescence programmée des matériaux et sur le processus de déliquescence pouvant mener à leur disparition, il met immédiatement cette recherche en perspective avec la fascination morbide que la société occidentale éprouve pour la destruction et, dès 1960, avec les ravages sur la nature perpétrés par les hommes.

Lire aussi...

Parcourez nos éditions

Jean Dupuy par Renaud Monfourny pour la galerie Loevenbruck
04
04

Hommage à Jean Dupuy

Découvrir l’édition
Beaucoup plus de moins
03
03

Beaucoup plus de moins

Découvrir l’édition
Encyclopédie des guerres
02
02

L’Encyclopédie des guerres (Aluminium-Tigre)

Découvrir l’édition
O. Loys, bal des Incohérents
001
001

Décembre 2021

Découvrir l’édition
Younes Baba Ali, art et activisme en Belgique
01
01

Art et engagement Enquête en Belgique

Découvrir l’édition

Parcourir nos collections