Les artistes refont le monde
L'auteur

L'auteur : Anna Colin

Biographie

Anna Colin est curatrice, éducatrice et chercheuse. Elle a cofondé et co-dirige Open School East à Margate (Royaume-Uni), un espace pédagogique et culturel local, expérimental et collaboratif. Anna Colin est également curatrice associée à Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette à Paris depuis 2014 et doctorante à la School of Geography de l’Université de Nottingham où elle mène un exploration sur les espaces pédagogiques et culturels dits alternatifs en Angleterre et aux Etats-Unis, de la fin du 19ème siècle à nos jours. Anna Colin était co-commissaire, avec Lydia Yee, de l’exposition itinérante British Art Show 8 (Leeds, Édimbourg, Norwich et Southampton) en 2015-16. Auparavant, elle a été directrice associée à Bétonsalon – Centre d’art et de recherche, Paris (2011-12), commissaire associée à La Maison populaire, Montreuil (2012) et commissaire d’exposition à Gasworks, Londres (2007-10).

Contributions
Voir tous les auteurs +
Aller plus loin
Autour du texte
22 novembre 2018

La coalition des dépossédés

Investigation par Anna Colin

Anti-Social Social Club: Episode One, The Chamber of the Dispossessed, jeudi 15 juin 2017, 19h. Une quarantaine de personnes sont réunies à l’initiative de l’artiste Ève Chabanon dans la chambre du conseil de la mairie de Barking et Dagenham, un quartier éloigné de l’est londonien. Ce lieu hautement symbolique et habituellement fermé au public accueille, le temps d’une soirée, des habitants du quartier et d’ailleurs, des membres de l’Institut des femmes, des élèves de l’école locale Eastbury Community School, des artistes, un poète et un élu local. L’objectif d’Anti-Social Social Club est de fictionner une coalition temporaire – celle des dépossédés – et d’exposer la fragilité de l’appareil démocratique à travers un débat performatif. La soirée est dirigée par la modératrice et artiste performeuse Chloe Cooper qui invite l’assemblée à prendre la parole sur des thèmes expressément binaires et clivants tels que : la dépendance – à l’argent, aux autorités, aux autres – et l’indépendance – financière et de la pensée – ; la différence et la suspicion de la différence – nous identifions-nous à l’ « autre » culturel et social ou le craignons-nous? ­– ; l’inclusion et l’exclusion sociale et économique ; ou encore l’état d’urgence et la gentrification de la ville par l’art. Si les interventions de la modératrice sont préparées, la coalition, pour sa part, improvise en grande partie ses répliques. Cependant, plusieurs outils sont employés pour donner une direction et une unité à cette coalition qui, pour finir, assumera de manière plus ou moins consentie le jeu et la légéreté recherchés par Ève Chabanon.

Lire aussi...