Les artistes refont le monde
Le dossier

Le dossier : « L'Encyclopédie des guerres »

L’Encyclopédie des guerres est un cycle de conférences-performances initié au Centre Pompidou en septembre 2008, à raison d’un rendez-vous par mois. Je constitue pour ce faire une « Bibliothèque de guerre », accumulant tous les ouvrages, essais, récits, livres techniques traitant du sujet de la guerre. Je ne m’impose aucun corpus a priori. Je ne suis ni historien, ni spécialiste de polémologie. Je collectionne des phrases, des termes, des images, des chiffres. Mon premier travail est de lire des « livres de guerre », d’y prélever des citations, qui viennent nourrir des entrées préexistantes ou en créer de nouvelles. Il s’agit alors d’une activité essentiellement répétitive, mécanique, de copiste. Je suis Bouvard ou Pécuchet. De ces entrées, il en existe à ce jour 1031. La première étant Abattre (mort), la dernière Zouave, en passant par Abracadabra ; Boum ; Camping ; Hydrographie ; Langueur (monotone) ; Mouche (Faire) ; Pâtisserie ; Silence (Réduire au) ; Triperie ; Vadrouille (La très grande) ; Ypres

Réunie pour la première fois en un corpus éditorial, l’intégrale des conférences est désormais accessible via Switch (on Paper) et sera complétée au fil des nouvelles conférences-performances de Jean-Yves Jouannais au Centre Pompidou.

Jean-Yves Jouannais

L'auteur

L'auteur : Jean-Yves Jouannais

Biographie

Rédacteur en chef de la revue art press (1991-1999), membre du comité de rédaction de la Revue Perpendiculaire (1995-1998), il est professeur à l’ENSBA Paris. Entre autres expositions : Topographies de la guerre, Le Bal, Paris, 2011 ; La Force de l’art, Grand Palais (avec J.-L. Froment et D. Ottinger), 2009 ; L’Idiotie, Expérience Pommery # 2, Reims, 2005 ; Histoire de l’infamie, Biennale de Venise, 1995 ; Un art contemporain d’Afrique du sud, La Défense, 1994. Entre autres publications : Artistes sans œuvres (1997) ; L’Idiotie (2004) ; L’Usage des ruines (2012) ; MOAB, Épopée en 22 chants (2018). Depuis 2008, il se consacre au cycle de conférences, l’Encyclopédie des guerres, rendez-vous mensuel au Centre Pompidou.

Contributions
Voir tous les auteurs +
Thesaurus

Thesaurus :

Subdivisions administratives du Bangladesh, les upazilas forment le 3e niveau de division territoriale du pays après les divisions (au nombre de huit qui portent chacune le nom de leur capitale) et les districts (sous-divisions au nombre de soixante-quatre). Ce système permet de consolider les gouvernements locaux. Charfasson et Tazumuddin sont toutes les deux des upazilas du district de Bhola, division de Barisâl.

Fondée en 1949 afin d’organiser la protestation bengalie (alors Pakistan oriental avant la scission de 1971) contre la domination des Pendjabis (groupe ethnolinguistique associé à la région du Pendjab) à tous les niveaux du pouvoir politique et militaire, la ligue Awami est une organisation politique d’obédience socialiste qui avait alors pour revendication principale l’autonomie de la partie orientale du Pakistan. Son programme se radicalise en 1966 avec la scission des deux parties orientales et occidentales du Pakistan (par l’intermédiaire de Sheikh Mujibur Rahman, leader de la ligue), suivie d’une sévère répression organisée par le général pakistanais Ayub Khan. Lors d’élections libres en 1970 la Ligue remporte un triomphe mais Yahya Khan, président du moment, refuse le verdict des urnes et envoie des troupes pour réprimer les Bengalis. En 1971 le Bangladesh, aidé par l’Inde d’Indira Gandhi, devient indépendant et est dirigé par la ligue Awami, première force politique nationale.

La guerre de libération du Bangladesh est une guerre qui se déroula en 1971 dans le Pakistan oriental et opposa les rebelles bengalis au pouvoir central pakistanais.

Pendant la seconde guerre mondiale une campagne de sept raids aériens rapprochés sont menés sur la ville de Hambourg en Allemagne (opération Gomorrhe), entre le 25 juillet et le 3 août 1943 par les bombardiers des armées de l’air britannique et américaine. Le but de cette opération était surtout la destruction de la ville afin de démoraliser l’ennemi, et incidemment de réduire les capacités militaro-industrielles allemandes, dernier objectif qui n’a pas vraiment été atteint. Ce fut, avec le bombardement de Dresde (du 13 au 15 février 1945), l’attaque aérienne la plus meurtrière en Europe, coûtant la vie à au moins 45 000 personnes.

Né le 17 décembre 1615 et mort le 11 juillet 1690, le maréchal de Schomberg est le plus célèbre des réfugiés huguenots (protestants du royaume de France et de Navarre pendant les guerres de Religion de la seconde moitié du XVIe siècle, en conflit avec les catholiques) et l’un des militaires français les plus connus à l’extérieur de la France. Il fut le général en chef de l’armée qui installa en 1688 Guillaume d’Orange (prince et premier ministre de Hollande) sur le trône lors de la Glorieuse Révolution d’Angleterre qui opposa les partisans catholiques à l’armée néerlandaise de Guillaume III et fut suivit d’une contre-révolution en Irlande. Ces évènements auront pour conséquences de renverser le roi Jacques II, de renforcer la monarchie mixte et de réaffirmer le rôle du Parlement face à la Couronne).

Né le 8 septembre 1621 à Paris et mort le 11 décembre 1686 à Fontainebleau, Louis II de Bourbon-Condé dit le Grand Condé était un prince du sang français, général français ainsi que l’un des meneurs de la Fronde des princes (rébellion des grands seigneurs marquée par de multiples épisodes, de nombreux changements d’alliance, exercée notamment contre Mazarin (homme politique au service de la papauté, puis des rois) pendant la guerre de Trente Ans.

Entre 1916 et 1918, la révolte arabe est menée à l’initiative du chérif de la Mecque, Hussein ben Ali, dans le but de participer à la libération de la péninsule Arabique, alors en grande partie occupée par l’Empire ottoman. L’objectif à son terme est la création d’un État arabe unifié, d’Alep en Syrie à Aden au Yémen, inspiré du nationalisme arabe.

Né le 20 mai 1885 à La Mecque et mort le 8 septembre 1933 à Berne, Fayçal ben Hussein al-Hachimi (فيصل بن الحسين الهاشمي en arabe) est le fils de Hussein ben Ali, chérif de la Mecque (titre anciennement donné par les musulmans au gardien des lieux saints) et roi du Hedjaz (région ouest de la péninsule arabique). Premier et unique roi de Syrie du 7 mars au 27 juillet 1920, il est ensuite premier roi d’Irak de 1921 jusqu’à sa mort. Il mène la révolte arabe contre les forces ottomanes jusqu’à son terme entre 1916 et 1918.

Autour du texte
Chronique par Jean-Yves Jouannais
Snow Storm: Hannibal and his Army Crossing the Alps, exhibited 1812, Joseph Mallord William Turner, huile sur toile
13 novembre 2020

L’Encyclopédie des guerres – Climatologie

Chronique par Jean-Yves Jouannais
Snow Storm: Hannibal and his Army Crossing the Alps, exhibited 1812, Joseph Mallord William Turner, huile sur toile

Une fois par mois, à partir de septembre 2020, Switch (on Paper) publie un extrait de l’Encyclopédie des guerres de Jean-Yves Jouannais. Ce qui devait être au départ un chantier de littérature orale prend peu à peu la forme d’un livre. L’ouvrage étant annoncé pour 2030. En attendant, voici en exclusivité la première de ces douze chroniques livrées par ordre alphabétique, telles des entrées d’un immense atlas des guerres. Aujourd’hui, Climatologie.

Lire aussi...