Inde

Les pommiers ont l’avantage d’être une culture plus tranquille

Inde| Views: 151

Fin 2018, Alexis Cicciù rejoint la résidence d’artiste à laquelle il a été invité à Kalga dans le nord de l’Inde. En pleine mousson et à 2 600 mètres d’altitude, il s’immerge peu à peu dans un monde nouveau où dominent les insectes – l’une des passions de l’artiste – et le charas – le cannabis local qui rythme les rituels et la vie de la communauté. Récit initiatique sur le vif.    Je suis parti en Inde pour cinq semaines, entre le 6 septembre et le 17 octobre 2018, dans l’État d’Himachal Pradesh, au pied de l’Himalaya. Ce voyage s’effectuait dans le cadre d’une résidence artistique nommée KYTA et gérée par Shazeb Arif Shaikh, pour la partie artistique et Hashim Qayoom, pour le côté logistique et économique. J’ai été coopté par Éric Mangion, directeur du centre d’art de la Villa Arson à Nice et Sonia Pastor, chargée des relations publiques pour le Salon artmonte-carlo. Connaissant mon envie de quitter Menton, la ville où je vis, ils ont pensé que cette résidence me conviendrait parfaitement et que cela me ferait beaucoup…

Ce contenu est réservé aux membres du niveau Switch 48, Switch 96, Switch 384, Switch 768 et Switch 192.
Se connecter S’abonner

Comments are closed.