Laurence Bertrand Dorléac
Pour une histoire de l’art moins pure et plus incarnée

Entretien par Laurence Bertrand Dorléac
Sommaire

Des conséquences de la guerre sur la création, au soi-disant déclinisme européen en passant par les natures mortes et les matières vivantes, l’historienne de l’art Laurence Bertrand Dorléac défend une approche de l’art « moins pure et plus incarnée ». Où l’on comprend les choses en les expérimentant.