Les artistes refont le monde
L'auteur

L'auteur : Adriana Pena Mejia

Biographie

Titulaire d’une licence en Histoire, de masters en Histoire de l’art et en Médiation culturelle, ainsi que d’un doctorat en Histoire de l’art, Adriana Pena Mejia mène des recherches sur la contribution féminine à l’art colombien moderne et contemporain, les transferts de savoirs artistiques entre l’Amérique latine et l’Europe après 1945 et la construction identitaire des artistes sous le prisme du genre et de la couleur de peau. Parmi ses articles : L’hystérie des hystériques : Feliza Bursztyn, une Colombienne étant passée par Paris pendant les années 1950 et 1960 (Les arts à Paris après la Libération 2019), Negra menta : por un reconocimiento a la mujer afrocolombiana (Artelogie 2016) et Historia de la escultura moderna y de los viajes culturales de artistas colombianos a París después de 1945 (Historia Crítica 2015).

Contributions
Voir tous les auteurs +
Autour du texte
17 décembre 2020

María de la Paz Jaramillo Par Adriana Pena Mejia

Dans les années 1970, la Colombie connaît un brusque développement économique et une modernisation sociale inédite. C’est dans ce contexte que l’artiste María de la Paz Jaramillo décide d’orienter son œuvre dans le sens d’une exploration de la condition féminine. Dans un premier temps, elle se concentre sur la figure de la prostituée, avant d’aborder les activités professionnelles habituellement réservées aux femmes, puis les thèmes de la danse et de la musique. Son art est le miroir de sa personnalité : une femme aux multiples facettes, faisant preuve d’une discipline et d’une détermination remarquables, rigoureuse et passionnée. Rencontre avec une figure majeure de la scène artistique colombienne.

Lire aussi...