Les artistes refont le monde
L'auteur

L'auteur : Laurence Bertrand Dorléac

Biographie

Laurence Bertrand Dorléac a rédigé deux thèses, en histoire de l’art (Université Paris 1-Sorbonne, 1984) et en histoire (Institut d’études politiques, 1990). Professeure et chercheuse au Centre d’histoire de Sciences Po, elle y dirige le séminaire Arts et Sociétés et la Lettre du séminaire. Elle est l’auteure de nombreux textes dont : Histoire de l’art. Paris 1940-1944, Publications de la Sorbonne, 1986 ; L’Art de la défaite. 1940-1944, Seuil, 1993, rééd. 2010 et 2012. L’ordre sauvage. Violence, dépense et sacré dans l’art des années 1950-1960, 2004 ; Art of the Defeat. France 1940-1944, trad. Jane Mary Todd, Getty Research Institute, 2008 ; Après la guerre, Gallimard, 2010 ; Contre-déclin. Monet et Spengler dans les jardins de l’histoire, Gallimard, 2012 ; Nach der Befreiung. Frankreich und die Kunst (1944-1947), trad. Tom Heithoff, Deutscher Kunstvergal, 2016 ; Pour en finir avec la nature morte, Gallimard, à paraître en novembre 2020.

Depuis 2012, elle pratique l’exposition au Musée comme un lieu de recherche fondamentale susceptible d’être largement partagée. Elle a été commissaire avec Jacqueline Munck de L’art en guerre, France 1938-1947 au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 2012 et au Musée Guggenheim de Bilbao, 2013 ; avec Maurice Fréchuret de l’exposition Exils, Musées nationaux Picasso, Léger et Chagall, 2012 ; Les Désastres de la guerre. 1800-2014, Louvre-Lens, 2014 ; Artistes & Robots avec Jérôme Neutres au Grand-Palais (2018). Elle travaille actuellement à une exposition sur LES CHOSES. Une histoire de la nature morte depuis la préhistoire au Louvre (automne 2022).

Contributions
Voir tous les auteurs +
Aller plus loin
Autour du texte
Entretien par Laurence Bertrand Dorléac
Extrait du film Stalker, Andreï Tarkovski, 1979, Films Potemkine
15 juillet 2020

Laurence Bertrand Dorléac
Pour une histoire de l’art moins pure et plus incarnée

Entretien par Laurence Bertrand Dorléac
Extrait du film Stalker, Andreï Tarkovski, 1979, Films Potemkine

Des conséquences de la guerre sur la création, au soi-disant déclinisme européen en passant par les natures mortes et les matières vivantes, l’historienne de l’art Laurence Bertrand Dorléac défend une approche de l’art « moins pure et plus incarnée ». Où l’on comprend les choses en les expérimentant.

Lire aussi...