Images de propagande

Chronique par Alexandra Guillot
Sommaire

Le monde confiné n’est pas une nouveauté pour Alexandra Guillot. Depuis 2012, elle connaît ces longs moments dans lesquels nos vies se rétrécissent. Elle s’est lancée depuis dans la collecte d’images via de nombreuses bases de données pour en faire des albums photos ou des films. Les deux créations présentées ici puisent dans des collections des années 1950 et 1960, mélange d’images de surproduction, de consommation industrielle et de slogans publicitaires conçus comme une propagande déjà virale. “Mémo à moi-même”, c’est le titre de cette série de travaux que vient éclairer ce texte introspectif de l’artiste.