Les artistes refont le monde
L'auteur

L'auteur : Julien Bécourt

Biographie

Julien Bécourt est critique d’art et journaliste. Après un cursus en arts plastiques, il bascule vers la critique et cherche à tisser des liens entre art contemporain, expanded cinema et culture DIY. Il a conduit de longs entretiens avec des figures majeures ou émergentes de l’art, de la musique post-punk et du cinéma dans des revues aussi diverses que Mouvement, Vice, New Noise, artpress ou Grazia. Anciennement DJ sous le pseudonyme Eva Revox, il se dirige aujourd’hui vers l’écriture cinématographique, tout en poursuivant ses investigations dans le monde de l’art. Il anime l’émission mensuelle Entente Cordiale sur LYL Radio.

Contributions
Voir tous les auteurs +
Aller plus loinBonusPartenariat

Partenariat :

Cet entretien a été réalisé dans le cadre d’actoral, festival international des arts et des écritures contemporaines, à Marseille.

La vingtième édition du festival actoral aura lieu et s’ouvrira sur un prélude au Mucem le week-end du 11 septembre. Il se poursuivra ensuite du 22 septembre au 10 octobre.

Théâtre, Cinéma, arts plastiques, littérature, danse, performances… Le festival brasse large et loin pour dresser tous les ans un portrait le plus fidèle possible de l’état de la création contemporaine internationale.

Chaque automne durant trois semaines, ce sont plus de deux cents artistes venus d’ici et d’ailleurs qui se produisent dans une vingtaine de lieux de la cité phocéenne, du Ballet National au Mucem en passant par diverses galeries d’art, scènes théâtrales et autres centres d’art.

Des rencontres quotidiennes auront aussi lieu tous les jours du festival à Montévidéo, centre d’art situé au cœur de Marseille, afin d’échanger, découvrir, s’étonner, s’informer entre festivaliers.

Thesaurus

Thesaurus :

La polyrythmie consiste à superposer plusieurs rythmes d’accentuations différentes, par exemple binaires et ternaires. Chaque partie rythmique est appelée « motif » quand il s’agit d’un rythme qui se répète. La notion de rythmique, et donc de polyrythmie, ne se limite pas à des parties de percussions.

Développée pour la première fois par Aristote, l’anthropocentrisme est une conception philosophique qui considère l’humain comme l’entité centrale la plus significative de l’Univers. Elle appréhende la réalité à travers la seule perspective humaine, lui conférant le rôle de mètre-étalon pour mesurer toute chose ou phénomène. À partir du XXe siècle, après 1945, la philosophie de l’environnement développe des réflexions nouvelles sur les relations entre l’espèce humaine et l’univers qui aboutissent à l’écologie. Ces courants de pensée justifient une pensée critique de l’anthropocentrisme, en démontrant l’action nuisible et destructrice de l’espèce humaine sur le monde. Cette nouvelle ère géologique est qualifiée d’anthropocène.

L’Anthropocène est un phénomène décrit à l’aube du XXIème siècle. Il pointe l’action de l’humain sur la nature, son pouvoir de modification et de destruction sur celle-ci par le biais du développement occidental de l’industrialisation et du capitalisme depuis le XVIIIème siècle. L’Anthropocène est une mise en commun des sciences de la nature et des sciences sociales qui observe notamment l’accélération de l’épuisement des ressources, la disparition de la biodiversité et la pression démographique.

Autour du texte
Entretien par Julien Bécourt
Mette Ingvartsen, All around, performance avec Will Guthrie
15 octobre 2020

Mette Ingvartsen, All Around

Entretien par Julien Bécourt
Mette Ingvartsen, All around, performance avec Will Guthrie

Après la trilogie Red Pieces (69 Positions, 7 Pleasures et 21 Pornographies), exploration chorégraphique des relations entre sexualité et espace public, la danseuse et performeuse danoise Mette Ingvartsen entame un nouveau cycle avec All Around, une création en duo avec le batteur franco-australien Will Guthrie. Elle y franchit un nouveau seuil dans la représentation débridée du corps, faisant voler en éclats les normes du genre.

Lire aussi...