Les artistes refont le monde
Le dossier

Le dossier : « Hourras et désarrois, une situation politique et culturelle en Pologne »

L'auteur

L'auteur : Agata Adamiecka-Sitek

Biographie

Agata Adamiecka-Sitek est universitaire, chercheuse en études théâtrales, critique de théâtre et éditrice au Centre national du Théâtre Zbigniew Raszewski à Varsovie. Elle est également rédactrice de la revue Polish Theater Journal. Elle est auteure de nombreux articles et ouvrages consacrés au théâtre. Elle s’intéresse au genre, à la corporalité et à l’aspect politique de l’art.

Contributions
Voir tous les auteurs +
Aller plus loinPartenariat

Partenariat :

Ce texte est issu de l’ouvrage Hourras et désarrois. Scènes d’une guerre culturelle en Pologne publié le 16 mai 2019 par les éditions Noir sur Blanc (Lausanne) sous la direction d’Agnieszka Żuk.

Deux autres textes sont à paraître dans les semaines à venir.

Quelle est l’origine profonde des événements politiques qui secouent aujourd’hui la société polonaise et retentissent à travers l’Europe : refus d’accueillir des migrants, proposition de loi mémorielle sur la Shoah, introduction de lois portant atteinte à l’indépendance de la justice ou tentative d’interdire totalement l’IVG, pour ne citer que les plus médiatisés ? Et enfin, comment expliquer les causes de la volte-face antieuropéenne qu’a effectuée, il y a peu, « le meilleur élève de l’Union européenne » ?

L’objectif de cet ouvrage collectif est d’apporter une vision en profondeur, nuancée et intime, de la Pologne contemporaine, à travers sa culture, comprise ici comme un ensemble de manières de penser, de sentir et d’agir propres à une société donnée. Les événements d’actualité de ces dernières années y apparaissent à l’intérieur d’un réseau complexe de narrations et d’omissions historiques, de traumatismes et de refoulements ; ils sont confrontés à des modèles culturels existants, plongés dans l’imaginaire collectif, désamorcés par l’humour ou déformés par les stéréotypes.

Auteurs : Agata Adamiecka, Przemysław Czapliński, Olga Drenda, Agnieszka Graff, Mikołaj Grynberg, Maciej Jakubowiak, Dariusz Kosiński, Iwona Kurz, Andrzej Leder, Jan Sowa, Aleksandra Małecka, Piotr Marecki, Karol Sienkiewicz, Kaja Puto, Maja Staśko, Stach Szabłowski, Ziemowit Szczerek et Oksana Zabuzko.

Agnieszka Żuk est traductrice littéraire. Elle a notamment traduit Andrzej Stasiuk, Krzysztof Varga, Mariusz Wilk et Justyna Bargielska. En 2016, elle a dirigé l’anthologie de littérature polonaise Venise/Varsovie publiée par la MEET (Maison des Écrivains Étrangers et des Traducteurs). Fortement impliquée dans la promotion de la culture polonaise, elle a participé à l’organisation des rencontres littéraires internationales MEET. Elle a été conseillère de rédaction pour la revue Feuilleton. Agrégée de polonais, elle a enseigné la langue et la littérature polonaise dans les universités de Nancy II et de Paris IV-Sorbonne.

Autour du texte
Investigation par Agata Adamiecka-Sitek
20 août 2020

L’Anathème, Le théâtre contre l’hégémonie de l’église

Investigation par Agata Adamiecka-Sitek

Peut-on encore s’affranchir de l’influence de l’Eglise catholique sur les institutions laïques et les décisions individuelles ? Les milieux de la création sont-ils soumis à une censure et même une autocensure ? Qu’en est-il de notre vie privée ? Voici les questions posées par le spectacle L’Anathème d’Oliver Frljić. Jugé blasphématoire, le spectacle provoque un immense scandale, déchire l’opinion publique et soumet la démocratie polonaise ainsi que l’indépendance des institutions laïques à un test. Pendant plusieurs semaines en mai 2017, les ultranationalistes, l’extrême droite et les catholiques intégristes assiègent le théâtre, assaillant le public à coups de fumigènes, de pétards et d’insultes. Malgré cela, la pièce continue à être jouée depuis février 2017, et fait toujours salle comble.

Lire aussi...