La Fondation de France

Premier soutien de la recherche artistique
dans l’espace public

 

Dans son objet, la Fondation de France a pour vocation d’explorer les sujets de société qui nécessitent une meilleure prise en compte en tous domaines, tels que l’éducation, la santé, la solidarité, l’environnement et l’écologie ou la culture. Dans ce dernier domaine, la Fondation, consciente de sa position à l’avant-garde de la recherche et de l’expérimentation, a fait, en toute logique, le choix de la création et de l’art. Adoptant une double démarche d’engagement, elle a décidé d’encourager et d’accompagner les appels à la création émanant de la société civile, tout en conduisant dans le même temps une action en faveur de la recherche sur le rôle de l’art dans les sociétés à travers l’histoire et les enjeux culturels contemporains. C’est ainsi qu’en 1991, assumant pleinement les risques inhérents à l’innovation, elle a choisi de mettre en œuvre le Protocole des Nouveaux commanditaires conçu par l’artiste François Hers.

 

Le choix de ce mode d’action s’est avéré décisif, conférant à la Fondation de France la dimension non d’un prescripteur, usant de l’autorité dont jouissent d’ordinaire les personnes et organismes financeurs, mais plutôt celle d’un véritable médiateur. Elle ne s’est de fait pas contentée de consulter les bénéficiaires de ses financements ou d’adresser des offres de participation aux actions qu’elle aurait décidées. Elle a renversé la situation et proposé d’apporter aux personnes qui le souhaitent les moyens de faire elles-mêmes appel à l’art, en passant des commandes à des artistes, selon des modalités qui leur permettent d’en assumer la responsabilité. En décidant d’agir ainsi dans le champ culturel, la Fondation de France reste fidèle à la manière dont elle redistribue en tous domaines les moyens que lui confient ses donateurs.

 

David Brognon & Stéphanie Rollin, Train Your Bird To Talk, 2018, école Pierre Budin (Paris, 18). Mise en œuvre SOCIETIES pour Les Nouveaux Commanditaires. Photo © David Brognon et Stéphanie Rollin.

 

Cette mise en œuvre sur le terrain n’aurait pu se réaliser sans l’engagement d’un réseau de médiateurs-producteurs culturels indépendants. C’est grâce aux savoirs et compétences qu’ils apportent que toute personne, seule ou associée dans une démarche collective, peut prendre l’initiative en n’importe quel lieu. Ce mode opératoire permet non seulement d’exprimer et de réaffirmer des raisons d’être de l’art mais également de faire œuvre commune dans le cadre d’un partage d’égale responsabilité entre tous les acteurs concernés, notamment avec les artistes qui peuvent directement prendre en compte les besoins de création exprimés, qu’ils soient plasticiens, architectes, musiciens, écrivains, metteurs en scène…

 

“ Les Nouveaux commanditaires ont révélé la capacité de la société civile à endosser pleinement ses responsabilités dans l’élaboration d’une culture qui assume les risques de la création. ”

 

À ce jour, plus de cinq cent commandes réalisées ou en cours démontrent la pertinence de ce mode d’action, non seulement en France mais aussi en Europe et depuis peu en Afrique. Ces Nouveaux commanditaires ont révélé la capacité de la société civile à endosser pleinement ses responsabilités dans l’élaboration d’une culture qui assume les risques de la création. Cette action montre également que l’on peut proposer un exercice de la démocratie qui dépasse le stade de la seule consultation ou d’une offre de participation, qui valent pour avis mais n’offrent pas de capacité à décider et s’engager.

 

Yan Pei-Ming, Portraits, Dijon, 1992. Photo médiation le Consrtium, Dijon. Massahiro Handa, ADAGP Paris.

 

Reste qu’on ne peut être dans le « faire » sans développer une capacité d’analyse critique sur la situation culturelle actuelle et les faits qui la constituent ; trouver les mots pour rendre lisible et intelligible le travail accompli, le transmettre et constituer une intelligence collective. Il nous faut trouver les nouveaux critères d’appréciation et de jugement d’une action, qui donne à notre capacité de création un sens pour la communauté qui soit aussi puissant aujourd’hui que celui qui a animé la création durant six siècles. Il nous faut maintenant écrire la suite de cette histoire que nous avons appelée moderne et dont nous sommes les héritiers.

La Fondation de France est un organisme indépendant et de droit privé. Sa création a été décidée par l’État en 1969, pour soutenir et développer l’initiative des personnes qui souhaitent, par un don ou un engagement personnel, contribuer à une meilleure prise en compte de questions de société auxquelles il est peu ou mal répondu dans les domaines tels que ceux de la culture, l’éducation, la recherche, les solidarités, la santé, l’environnement.

La Fondation est le premier réseau de philanthropie en France. Elle est présente sur tous les territoires, et soutient près de dix mille projets chaque année. Elle ne reçoit aucune subvention et agit grâce à la générosité des donateurs et des testateurs. Elle intervient de deux façons, en menant directement ses propres programmes d’actions et en accompagnant le travail des quelque 857 fondations qu’elle abrite à ce jour.

 

 

Logo Fondation de France

Fondation de France

 

Fondation de France

Les Nouveaux commanditaires

Les commentaires sont fermés.