Russie

Art et pouvoir dans la Russie de Vladimir Poutine

Russie| Views: 141

La séparation entre l’art et le pouvoir dans la récente histoire russe n’a jamais été nette. Peu après la chute de l’URSS, l’art contemporain, et notamment l’actionnisme des années 1990, a produit une large critique de la société et est entré dans le champ du politique. Cette tendance s’est poursuivie après l’élection en 2000 du président Vladimir Poutine.   La politique identitaire russe dans les années 2000 s’est construite sur quatre piliers : le nationalisme étatique, avec la « verticale du pouvoir », une vision de la Russie en tant qu’État-nation, la religion orthodoxe, et le mythe de la Voie unique, renforcée par la notion de « démocratie souveraine » et l’idée de l’omniprésence d’une cinquième colonne à l’intérieur du pays1. Une volonté de consolider la société autour de ces valeurs a provoqué, selon la politologue Lena Jonson, des tensions entre l’État et la culture, s’agissant en particulier de la cause religieuse. Elle a été à l’origine de procès contre les expositions « Attention ! Religion » (2003) et « L’Art interdit 2006 » (2007), montrées à Moscou par le Centre Social…

Ce contenu est réservé aux membres du niveau Switch 48, Switch 96, Switch 384 et Switch 768.
Se connecter S’abonner

Comments are closed.