Dan Peterman, art, science et activisme

USA| Views: 478

Automne 2017, à l’initiative de son département Arts, Science et Culture, l’Université de Chicago présente Slipping and Jamming (« glisser et coincer » en français) de l’artiste Dan Peterman. Commandée pour la 2ème biennale d’architecture de la ville, l’œuvre se compose de milliers d’éléments en plastique recyclé, baptisés Z-Forms, chacun étant découpé pour reprendre la forme d’un Z. Le but ? Réaliser des objets stables, non par arrangement ordinaire d’éléments individuels, mais par des configurations aléatoires et désordonnées qui finissent par évoquer un volume liquide.

Cette installation est née d’un projet collaboratif, financé par la Fondation Graham, entre l’artiste et le laboratoire du physicien de l’Université de Chicago, Heinrich Jaeger. Un travail qui se place à l’intersection de la pratique sculpturale contemporaine et des recherches scientifiques. Le procédé traduit en effet des concepts issus de la physique granulaire, généralement étudiés à petits niveaux, produits ici à une échelle plus grande et essentiellement architecturale.

Au-delà de cette pratique quasi-scientifique, Slipping and Jamming s’inscrit dans le travail que mène Dan Peterman sur le recyclage de matériaux depuis le début des années 1990. Artiste, chercheur et activiste, il fut par exemple l’un des premiers créateurs à stigmatiser l’obsolescence des produits informatiques avec son œuvre With carrying Case Series (1990-92), composée de cinq valises à outils et de leur moulage intérieur en plastique recyclé. Il a fondé le Chicago Compost Shelter où la chaleur dégagée par la fermentation du compost permettait de chauffer l’habitacle d’un véhicule destiné à servir de logis à des sans-abris. Il est également l’initiateur du Blackstone Bicycle Works, un programme d’éducation des jeunes aux méthodes de protection de l’environnement.

Image de couverture : Dan Peterman, Ingot Project, 2011

Laissez un commentaire